(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Notes sur les manuscrits syriaques de diarbekir et autres locales d'orient"



NOTES SUR LES MANUSCRITS SYRIAQUES 
DE DIARBEKIR ET AUTRES LOCALITES 



D'ORIENT 



On continue à désigner les manuscrits d'Orient à l'ai- 
de des cotes d'avant guerre, oubliant que la plupart des 
prétendues bibliothèques d'Orient ne présentent aucune 
garantie de sécurité ni de stabilité et que la guerre y a 
tout bouleversé. Ceux qui emploient le précieux réper- 
toire de Baumstark parlent encore des manuscrits de 
Séert et de Diarbékir. Hélas ! ce ne sont plus là que des 
souvenirs, et de tristes souvenirs, d'un passé déjà loin- 
tain. 

Ayant séjourné en Iraq, pour raison d'études, de sep- 
tembre 1926 à mars 1927, j'ai publié un nouveau cata- 
logue considérablement augmenté des manuscrits syro- 
chaldéens de Notre-Dame des Semences \ Cela m'a mis 
en relation avec différents Syriacisants en quête d'infor- 
mations; j'ai réussi à retrouver et à faire reproduire 
pour quelques uns d 'entre eux des manuscrits censés per- 
dus. Dans l'intérêt d'un plus grand nombre je donne ici 
le résultat de mes propres recherches. Puissent ceux qui 
en savent davantage parler à leur tour. 

A Jérusalem la bibliothèque des Jacobites de S. Marc, 
décrite par Er. Macler 2 et par Baumstark-Graf- 

i Catalogue de la Bibliothèque syro-chaldéenne du couvent de N.-D. des Se- 
mences près d'AqoS (Iraq),, 1929. Rome (2), « Angelicum », Salita del Grillo, 1. 

2 Notice des manuscrits syriaques conservés dans la bibliothèque du couvent 
des Syriens Jacobites de Jérusalem (s. d.). 

1 



346 



LE MUSÊON 



Eiicker 8 , ainsi que les manuscrits syriaques du patriar- 
cat grec orthodoxe provenant du couvent nestorien de 
S. Marie-Madeleine, décrits par M. Chabot *, sont restés 
tels quels. J'ai pu longuement étudier ceux-ci grâce à 
l'obligeance de l'archidiacre Hippolytos; l'accès aux 
manuscrits de S. Marc est devenu plus difficile, pour 
ne pas dire impossible. 

A Damas, d'après une note de M. E. von Soden 5 , il y 
avait dans la Qoubbet El-Khazneh quelques vieux manus- 
crits, parmi lesquels un manuscrit syriaque unique du 
commentaire de Théodore de Mopsueste sur le Qohelet. 
Déjà en 1923 j'ai tâché de repérer celui-ci avec l'aide 
toujours si dévouée et aimable de M. Franz Cumont, qui 
voulut bien à cet effet recourir à l'intervention de M. 
Eustaehe de Lorey, Directeur de l'Institut français 
d'Archéologie et d'Art musulmans à Damas. De cette en- 
quête il résulte que la Qoubbet el-Khazneh est vide, et 
que les manuscrits syriaques, qui y étaient autrefois, 
sont passés, au moins en partie, à l'académie arabe de 
Damas. Le commentaire syriaque de Théodore de M. sur 
le Qohelet s'y trouve-t-il aussi? Je n'ai jamais pu le sa- 
voir... Au mois de septembre 1926, lors de mon voyage 
en Syrie, je n'ai pas pu entrer à Damas, parce que la 
révolution des Druses sévissait en plein. Le croirait-on? 
la grande difficulté est de trouver quelqu'un à Damas, 
la capitale de la Syrie, capable d'identifier ces manus- 
crits et de déchiffrer le syriaque... D'aucuns disent que 
pendant la guerre quelques uns de ces manuscrits ont été 

s A. Baumstark, Die liturgisehen Hss. des jàkobitischen Markusklosters in 
Jérusalem, Oriens Christ. N. S. I. (1911), p. 103-115; 286-314; A. Baumstark, 
G. Grap et A. Ruecker, Die literarisehen Sss. des jak. M. in Jer., ibid II (1912), 
p. 120-136, 317-333; III (1913), p. 128-34, 311-327. 

* Notice sur les mss. syriaques conservés dans la bibliothèque du patriarcat 
grée orthodoxe de Jérusalem, Journal Asiatique. Sér. IX, t. 3 (1894), p. 92-132. 

s Sitzungsber. der preuss. Akad. der W., 1903, p. 825-830. 

2 



MANUSCRITS SYRIAQUES. 347 

cédés par les Turcs à une nation alliée. Je rapporte ces 
racontars pour ce qu'ils valent... 

Les nouvelles très précises que j'ai reçues au sujet de 
la précieuse bibliothèque de Séert 6 , grâce à l'intermé- 
diaire de Monsieur E. N. Bennett, sont bien pires. A la 
date du 4 juin 1928 le Chef du Cabinet du Ministère de 
l'Intérieur d'Angora écrivit à M. Bennett: « que les ma- 
nuscrits de la bibliothèque ehaldéenne de Séert avaient 
été entièrement détruits durant la guerre par les envahis- 
seurs ». C'est bien ce qu'on m'en avait dit au patriarcat 
de Mossoul. En me communiquant cette réponse, et sa- 
chant que je recherchais le manuscrit syriaque de Théo- 
dore de Mopsueste sur l'Incarnation, cod. 88 T , M. Ben- 
net écrivit : « Je crains donc que le précieux Codex 88 
n'ait péri. Cet unique manuscrit du traité de Théodore! 
It is enough to make Angels weep ! » 

Tout espoir cependant n'est pas perdu; le manuscrit 
était en parchemin et a pu exciter la convoitise des « en- 
vahisseurs ». Le savant Mgr Addaï Scher n'est plus là 
pour nous renseigner sur le sort de ses chers manuscrits ; 
il a été tué pendant la guerre 8 . Toutes les recherches fai- 
tes à ma demande par le patriarcat chaldéen de Mossoul, 
n'ont abouti à rien. 

Les manuscrits syro-chaldéens du patriarcat de Mos- 
soul, décrits par le regretté Addaï Scher 9 , sont restés en 
place sans notable changement. 

« Décrite par l'archevêque de Séert, Mgr Addaï Scher, Catalogue des ms.i. 
syriaques et arabes conservés dans la bibl. êpiscopale de Séert (Mossoul, 1905). 

T Outre le catalogue de Séert, p. 65, cf. Comptes rendus de l'Acad. des Inscrip- 
tions et B.-L., avril 1909, pp. 306-307. 

s Sur la mort de ce savant prélat, honneur de l'Église ehaldéenne et du 
Séminaire des Dominicains de Mossoul, on peut voir J. Naaybm, Shall this na- 
tion die? p. 158-159. 

9 Notice sur les mss syriaques conservés dans la bïbl. du patriarcat chal- 
déen de Mossoul, Bévue des bibliothèques, Oct.-Déc. 1907. 

3 



348 



LE MUSÉON 



Quant à la bibliothèque de Diarbékir, décrite égale- 
ment par Mgr Addaï Scher 10 , les plus précieux de ses 
manuscrits, presque tous en parchemin, en ont été trans- 
férés au patriarcat de Mossoul par les soins de Sa Béa- 
titude Mgr Emmanuel Thomas, Patriarche des Chal- 
déens. Le Directeur du Séminaire Chaldéen, le Très Eév. 
Kas Emmanuel Rassam, fit faire à ma demande une 
description sommaire de ces manuscrits qui sont au nom- 
bre de 22. Pour les orientalistes, qui peuvent facilement 
consulter le Journal Asiatique, il suffira de donner ici 
le titre des volumes transférés avec la cote traditionnel- 
le d'après le catalogue publié par Addaï Scher; entre 
parenthèses j 'ajoute les pages du J. As. sér. X, vol. 10 
(1907). 

Cod. 2 (p. 332). — Psautier de David d'après la version héra- 
eléenne. 

Cod 4 (?) (p. 332-3). — Les Prophètes: les douze petits prophètes, 
avec Jérémie et Bzéchiel. Les prophéties d'Isaïe et de Daniel ont 
disparu u . 

Cod. 9 (p. 334). — Les quatre Évangiles (de 1609 des Grecs). 

Cod. 10 (p. 335). — Tout le Nouveau Testament (de 1519 des 
Grecs; 604 des Arabes). 

Cod. 11 (p. 335). — Idem (de 1522 des Grecs; 607 des Arabes). 

Cod. 13 (p. 336). — Evangélaire (Evangelion da m'parsë) (de 
1508 des Grecs). 

Cod. 14 (p. 336). — Idem (lacuneux au commencement et à la fin). 

Cod. 20 (p. 338). — Commentaire du Cantique des Cantiques par 
S. Grégoire; traduit du grec. Quelques pages ont disparu au eom- 



io Notice sur les mss syr. et ar. conservés à l'archevêché chaldéen de Diar- 
békir, Journ. As. S. X, t. 10 (1907), p. 331-362, 385-431. 

il Identification douteuse. D'après la description de Kas Em. Eassam le vo- 
lume est en parchemin, et comprend 340 pages, 23 cm. sur 17, 32 lignes à la 
page; sans date ni nom de copiste; belle écriture stranghéli. — Le cod. 4 d 'Addaï 
Scher a également 32 lignes la page, mais mesure 25 cm. sur 20. Je sais par 
expérience que les mesures données par Addaï Scher sont approximatives et su- 
jettes à caution. 



MANUSCRITS SYRIAQUES. 349 

mencement ainsi qu'à la fin, où il ne reste que quelques lignes du 
r^uoiimksa du traducteur dont le nom est inconnu. 

Cod. 21 (p. 338-9). — Livre des scolies, de Théodore bar Koni 
(1919 des Grecs) . 

Cod. 22 (p. 339-340). — Commentaire complet de l'Ancien et du 
Nouveau Testament. Le nom de l'auteur a disparu ainsi que les 
premières et dernières pages (pp. 1040; 32 1. par page; 27 cm. sur 
20). 

Cod. 23 (p. 340). — Livre des six jours, par Jacques d'Édesse 
(de 1133 des Grecs). 

Cod. 30 (p. 344) . — Discours sur l 'unité de nature et de personne, 
par Sévère d'Antioche. Je l'ai fait copier pour M. J. Lebon ; qui 
en a déjà préparé l'édition et la traduction pour CSCO. 

Cod. 36 (p. 346-349). — Psautier et hymnes liturgiques. 

Cod. 59 (p. 357-359) . — Livre des Ordinations et des Bénédictions, 
c.-à-d. pontifical et rituel. 

Cod. 96 (p. 398-401). — Actes des Martyrs et des Saints, écrits 
par Marouta, évêque de Maipherqat, par Babaï le Grand et autres. 
Très lacuneux au commencement et à la fin. (Identification douteu- 
se. — Cahiers 22, pages 384 ; 40 1. la page ; 27 cm. sur 18) . 

Cod. 100 (p. 403). — Livre de différentes questions et réponses, 
composé par Joseph Hazzaïa (24 cah., pages 480; 20 lignes la page; 
20 cm. sur 15). 

Cod. 108 (p. 407). — Lexique de Hassan bar Bahlul (1917 des 
Grecs) . 

Codd. 109-110 (p. 407-8). — Dictionnaire chaldéen ou araméen, 
arabe et turc, du prêtre Kheder de Mossoul, réfugié à Rome. 

Cod- 111 (p. 408). — Livre des Synodes occidentaux et orien- 
taux. Ecrit en 1874 des Grecs, 1563 de notre ère, aux jours du Ca- 
tholicos ' Abdisô, successeur de Mar Iohannan Soulaqa j par Mar Elias 
évêque d'Amed (Diarbékir). 

Les trois derniers numéros de la liste, que m'a en- 
voyée Kas Emmanuel Rassam, ne correspondent à aucun 
manuscrit du catalogue de Diarbékir compilé par Mgr 
Addaï S cher. 



350 



LE MTJSÊON 



N* 20. Histoire des patriarches d'Orient, écrite en arabe, avec 
par-ci par-là quelques mots en chaldéen. — En appendice on lit 
en chaldéen : « Rabban Iauseph, prêtre et moine pur, donna ce livre 
à l'église des Chaldéens de Jérusalem. On demande donc aux lec- 
teurs intelligents de prier pour le donateur devant le sépulcre de 
Notre-Seigneur. Il mourut à Jérusalem et fut enterré au mont Sion. 
Cela fut en l'an 1925 des Grecs », 1614 de notre ère. — Pages 500, 
19 lignes la page ; 20 cm. sur 14. 

N° 21. Le livre des éthiques, sur la bonne conduite, de Grégoire 
Barhebraeus. — Écrit en syriaque occidental, dit serto; comprend 
24 cahiers, 480 pages ; 20 lignes la page ; 23 cm. sur 15. Écrit par le 
moine çgéjLl^fc en 1878 des Grecs. 

N° 22. Le livre des rayons, par le même. — Écrit également en 
kerto; 292 pages; 22 lignes la page; 21 cm. sur 16. Ni date, ni nom 
de copiste. 

A la demande de mon ami le Rév. Kas Boutros Saba, 
professeur au Séminaire Syrien de Scharfé (Liban), 
j'ajoute quelques mots au sujet d'un vieux manuscrit en 
sa possession. 

Le manuscrit (25 cm. sur 18), écrit en beau stranghéli, 
est lacuneux au commencement et à la fin; tel qu'il est 
aujourd'hui il débute à la page 58 et va jusqu'à la page 
332. Étant incomplet, il ne porte ni date ni nom de co- 
piste. Comme il fut écrit pour le couvent surnommé El 
Barid, d'après deux notes des pages 230 et 322, couvent 
construit entre les années 964-969 et détruit probable- 
ment à l'époque des invasions des Mongols (1260 et 
1280), Kas Boutros Saba en conclut que ce manuscrit se- 
rait du début du XIII' siècle. 

Contenu du manuscrit (d'après la description de Kas 
Boutros Saba) : 



1. Un canon (^oio) sur le roi Abgar et le jour du Seigneur. 
Puis un second canon élogieux sur le général Agrippa, martyr, sur 
Labrontius et les douze mille martyrs. Enfin un troisième canon que 



MANUSCRITS SYRIAQUES. 351 

l'on récite au nocturne du 5* jeudi du carême. Ce canon fut com- 
posé par s. André, évêque de l'île de Crète et traduit du grec en 
syriaque... 

2. Les chants appelés de vigile : ràïcnx. «di>, et les chants de l'of- 
fice f érial : rdsoljjjt. rt^La . 

3. Enfin les hymnes que les Syriens appellent t^tï.isa, et les 
chants qu'ils nomment re'AAiu» , c.-à-d. échelles. 

Le manuscrit se termine avec le service funèbre, qui est incom- 
plet. 

I. Vosté, 0. P. 



LE MUSÉON 



REVUE D'ETUDES ORIENTALES 



FONDÉ EN 1881 PAR CH. DE HARLEZ 



SUBVENTIONNE PAR LA FONDATION UNIVERSITAIRE 



TOME L 

de la collection complète 
Avec 4 planches hors texte 



1937 

RÉDACTION : ADMINISTRATION 

% RUE DE L'ÉCLUSE 7, MONT St ANTOINE 
LOUVAIN LOUVAIN